HOP !

Publié le par Alix

 

Ai donc pris la voiture en laissant Franck sur son perron, me regardant de ses yeux à lui :

- Je viendrai prendre un café demain midi, dac ? Lui dis-je.

- Avec joie. Me sourit-il, espadrilles au bout des pieds.

Puis, j’ai fait ma grande tournée. Ai embarqué avec moi : et d’une, Margaux qui pleurait à cause de son mufle de Thierry jaloux, et de deux, Nathalie sautillante de bonne humeur car elle a trouvé (temporairement) homme d’âge mûr à la hauteur et de trois, Sandra nouvelle coiffure étonnante dressée sur la tête.

 

- Bon on fait quoi maintenant ? Proteste Nathalie.

- Ben j’ai des bières, qui veut une bière ?

- Viii !! Fait Sandra. On reste dans la voiture, j’adooore, on va pouvoir discuter.

- Moi. Fait Margaux. J’ai l’impression qu’il me suit le salaud.

- S’il t’a suivi, ton espèce de mari qui ne mérite pas de l’être, je lui explose la tête contre le capot de la voiture. Réagit Nathalie.

- Et on le fera disparaître dans un coin retiré… Je poursuis la chose d’un air sadique

- Oui personne ne retrouvera le corps, jamais !!! S’écrie Nathalie.

- Ha bah non didon, c’est le père de mes deux bouts de choux... Quand même.

 

Margaux est mère de deux diablotins : Anne et thomas cinq et six ans. Deux têtes blondes mais pas des anges. Un jour, ils ont enfermé leur mère dans la buanderie, sont allés piquer les ciseaux dans le tiroir de la salle de bain et… Ils se sont fait respectivement une coupe de cheveux genre camp de concentration.

- Mais pourquoi ? Leur hurla Margaux. Pourquoi ?

- Pasqu’on a trop peur des poux à l’école ! Avait répondu Thomas.

Elle les aime de tout son cœur. Thierry râleur, lui, est souvent absent mais bien présent pour emmerder le monde.

- Le problème. Nous annonce t-elle. C’est qu’on ne fait plus rien… Au lit.

- Quoi ? Il te trompe j’te dis. S’énerve Nathalie. Va t’éclater, divorce ! Enfin fais quelque chose ! Réagis !

Margaux ne fera rien, elle est constituée de ce bois-là, simple, belle, fidèle. Je l’admire pour sa patience.

- Je sais qu’il y a du bon en lui, vous comprenez. Je sais qu’un jour il aura besoin de moi et je serai là.

- Moi je cherche un gentil. S’émeut Sandra toute frissonnante, en avalant une gorgée de bière.

Nathalie s’exclame en rabattant ses cheveux en arrière :

- Il faut se méfier des gentils, ils finissent toujours par te faire un petit dans le dos. Une belle sodomie psychologique, moi je connais la chanson. C’est pour ça que je ne sors qu'avec des machos sexistes, réac, le nez pointé sur leur nombril, leurs poils, leur chaînette en or et leur... (Restons pudique) Au moins, à la finale, je n'ai pas de surprise...

 

Soudain, une lampe torche dirigée vers nous, lumière aveuglante, une voix virile nous dit : «Bonsoir Mesdames..."

- Putain de merde, ai-je sorti, quel est ce con qui vient nous emmerder en pleine discussion ?

- Alors connard, tu réponds ? Lui sort fièrement Nathalie.

- Vous croyez qu'il est gentil, lui ? Nous demande Sandra. Ou bien est-ce un macho sexiste baisable pour son nombril, ses poils, sa chaînette en or et sa... ?

- Un moment agréable avec quatre poupées, ça vous dit ? Glousse Margaux en lui présentant une bière.

- Vos papiers mesdames.

 

Zut, flûte, et reflûte.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Oui pasque les hommes mariés, on a toujours leur femme sur le dos un jour ou l'autre ça nous tombe dessus ; ; ; D
Répondre
M
OULALA, c'est chaud ! le coup du policier, ça me fait frissonner ! hihi ! il n'est pas marié au moins ?? nan parceque les hommes mariés, ...
Répondre